La cour d'exploitation

Le premier espace que l'on traverse lorsque l'on arrive à la villa par le sentier archéologique est la cour d'exploitation que l'on nomme en latin la pars rustica.

Il s'agit d'une vaste esplanade, parcourue de sentiers et de zones de terre battue.  Autour d'elle s'organisent les bâtiments utiles à la vie du domaine.

Il a ainsi un grenier pour stocker les récoltes de céréales, de légumes et de fruits, des ateliers pour la réparation et l'entretien des outils, des étables pour les vaches, les boeufs, les porcs, les moutons ou encore des écuries pour les chevaux.

Il devait également y avoir un espace de rangement pour le vallus, une moissoneuse gallo-romaine, pour l'araire, l'ancêtre de la charrue, ainsi que pour des chariots. Parfois même dans cette cour, on peut identifier une mare et imaginer autour les poules, coqs et canards...c'est le coeur de la ferme!

Dans certaines villas comme à Mackwiller, non loin de Dehlingen, les activités artisanales dans la cour sont spécifiques. Les archéologues ont identifié des ateliers de potiers et tuiliers, dont on a retrouvé les fours ou des outils de carriers, ce qui signifie que le grès gris était déjà extrait des carrières toutes proches dès l'époque romaine.

Pour la villa du Gurtelbach, trois bâtiments sont actuellement connus et un seulement est fouillé, le bâtiment B.

Il est difficile de connaître les activités de ce dernier, car l'occupation de la fin de l'Antiquité a fait diparaître de nombreuses traces, mais son plan est bien connu et on trouve de nombreux exemples similaires dans d'autres villas. Il devait s'agir d'un bâtiment aux fonctions polyvalentes, muni d'une à deux portes cochères, il devait servir au stockage des machines, d'atelier d'entretien et d'abri pour certains animaux. De nombreuses activités sont suggérées par les outils retrouvés lors des fouilles et destinés à la refonte lors de l'abandon progressif de la villa à la fin de l'Antiquité.

Le sol intérieur en terre battue était constitué d'une couche d'argile répartie sur toute sa surface, permettant d'isoler le bâtiment. L'épaisseur des murs, construits en pierres calcaires et la disposition de trous de poteaux permettent de suggérer l'existence d'un étage à l'intérieur des pièces.

Aujourd'hui il est souvent admis que certains ouvriers devaient vivre sur place, comme par exemple le gestionnaire du domaine ou un à deux artisans. C'est peut-être le cas du bâtiment C, dont les rares sondages effectués permettent d'en préciser le plan mais pas la fonction.

Le bâtiment D, identifié récemment au Gurtelbach par des prospections dans un champ voisin est peut-être un grenier ou un bâtiment d'entrée dans la cour, avec un porche d'accès, mais seules des fouilles permettront de confirmer sa fonction.

La pars rustica est séparée du jardin du propriétaire, situé sur la terrasse supérieure par un mur de clôture contruit en moellons de calcaire et surmonté de chaperon en grès dont l'un deux a été retrouvé en fouille.

Au centre de ce mur, les prospections ont révélé une trace semi-circulaire signalant peut-être un petit monument ou une fontaine. De part et d'autre il faut vraisemblablement imaginer deux escaliers d'accès au jardin.

RIMG0543_edited.jpg

La cour d'exploitation de la villa, au premier plan le mur de clôture, à gauche puis à droite les bâtiments B et C et en arrière plan le bâtiment D.